Question sur la formation artistique des instituteurs

Question orale de Mme Stéphanie Cortisse à Mme Caroline Désir, ministre de l'Éducation, intitulée sur la formation des enseignants par rapport au Parcours d’Éducation Culturelle et Artistique (PECA).

Mme Stéphanie Cortisse (MR).- Le parcours d’Éducation Culturelle et Artistique (PECA) fera partie du parcours scolaire de tous les élèves, tel que le prévoit le Pacte pour un enseignement d'excellence.

L'avis n°3 du Groupe central prévoit que: «Ce parcours repose sur trois composantes: des connaissances, des pratiques artistiques et des rencontres avec les œuvres et les artistes».

Il précise également qu' «il faut distinguer d'une part, la dimension culturelle du domaine (pour l'essentiel prise en charge par l'ensemble des disciplines scolaires, y compris l'EPC [Éducation à la philosophie et la citoyenneté]), et, d'autre part, l'éducation à et par des disciplines artistiques -arts plastiques, musique... - qui requiert des moments d'apprentissage et de pratique spécifiques. Concrètement, ce domaine s'incarnera dans un cours spécifique (dont le volume horaire sera à affiner) au sein du tronc commun. (...) Au niveau tant maternel que primaire, ce cours doit être pris en charge par l'instituteur(trice)».

Il ajoute que: «De manière générale, la conception et la mise en œuvre du Parcours s'ancre prioritairement sur l'expérience, les projets et les intérêts des enseignants. La mise en œuvre du PECA doit dès lors être prise en compte dans la réforme de la formation initiale des enseignants et dans leur formation continuée».

Le 10 février dernier, la présentation du référentiel «Éducation culturelle et artistique» nous a permis d'en savoir plus sur les périodes attribuées à ce PECA, soit quatre périodes hebdomadaires dans l'enseignement maternel et deux périodes hebdomadaires dans les enseignements primaire et secondaire.

Si le nombre d'heures de cours dédiées à l'apprentissage et à la formation artistique de nos élèves est à saluer, cette mesure amène également son lot de questionnements pratiques concernant sa mise en œuvre.

Au sein de la version actuelle de la formation initiale, les futurs enseignants ne suivent aucune formation et aucun cours artistiques. Tout le monde n'a pas fait le Conservatoire. Tout dépend de l'intérêt des professeurs. A priori, ils ne disposent donc pas des compétences requises pour enseigner ces matières liées au référentiel «Éducation culturelle et artistique».

Madame la Ministre, comment les instituteurs de l'enseignement obligatoire seront-ils formés pour enseigner les matières artistiques comme la pratique de la musique? Je vous pose la question tant en ce qui concerne la formation initiale pour les nouveaux enseignants, pour laquelle vous devrez certainement travailler en collaboration avec la ministre Valérie Glatigny chargée de l'Enseignement supérieur, qu'en ce qui concerne la formation continuée pour les enseignants déjà en place qui n'ont jamais reçu de formation artistique auparavant et qui n'ont peut-être pas du tout la fibre artistique. Avez-vous déjà prévu un mécanisme de mise à niveau pour ces enseignants? Si oui, ce mécanisme a-t-il déjà fait l'objet de considérations budgétaires? De manière générale, ce point a-t-il déjà été abordé au sein du gouvernement? Dans la négative, disposez-vous d'informations sur un éventuel calendrier lié à cette problématique?

Mme Caroline Désir, ministre de l'Éducation.- S'agissant des formations interréseaux en cours de carrière, l'offre de formations au niveau artistique de l'Institut de formation en cours de carrière (IFC) est conséquente. De manière générale, les formations abordent divers domaines, disciplines et formes d'expression artistique tels que les arts plastiques, la musique, le théâtre, la danse, le conte, la culture vidéoludique, etc.

Par ailleurs, pour l'offre de formations 2020-2021, l'IFC a ajouté deux intitulés dans son cahier des charges afin de mettre encore plus l'accent sur le PECA pour lequel les marchés publics sont lancés.

Le premier d'entre eux est davantage centré sur la pratique artistique et ses apports pour l'élève, il s'intitule «pratiquer l'éducation artistique dans l'enseignement». Cela pourrait par exemple consister en une formation à l'éducation musicale avec comme ambition d'apprendre les bases de la pratique d'un instrument de musique et comment utiliser ce dernier pour rendre l'activité musicale plus dynamique à l'école maternelle.

Le second intitulé de formation «donner sa place à la culture à l'école» vise notamment à entreprendre une vraie réflexion sur l'art et la culture et à en démontrer l'importance, mais aussi, et surtout, à voir comment leur donner une place à l'école et permettre à tous les élèves d'y avoir accès.

Il s'agit là de beaux apports au programme de formation de l'année scolaire 2020-2021.

En ce qui concerne la formation initiale des enseignants, ma collègue Valérie Glatigny, chargée de cette compétence, pourra vous apporter de plus amples informations.

Mme Stéphanie Cortisse (MR).- Madame la Ministre, je vous remercie pour toutes ces précisions par rapport à la formation continue des enseignants qui sera évidemment nécessaire à la mise en œuvre du PECA.