Question sur les activités orientantes en 3e année secondaire

Question orale de Mme Stéphanie Cortisse à Mme Caroline Désir, ministre de l'Éducation, intitulée sur les activités orientantes dès la troisième année secondaire.

Mme Stéphanie Cortisse (MR).- Dans la Déclaration de politique communautaire (DPC), le gouvernement s'est engagé à «renforcer l'orientation positive des élèves en vue de faciliter la transition vers la quatrième année de l'enseignement secondaire» et à demander «au comité de concertation du Pacte d'indiquer les modalités concrètes afin de renforcer les activités orientantes en troisième année de l'enseignement secondaire, sans affaiblir les apprentissages de base».

La DPC précise en outre que «les établissements scolaires pourront adapter ces activités orientantes aux élèves qui le souhaitent par une réorganisation des cours qui permettrait aux établissements qui le souhaitent d'accorder quatre semaines spécifiques sur l'année et/ou une période s'échelonnant tout au long de l'année dans le cadre d'un huitième domaine à créer (30 périodes). Ces activités orientantes peuvent représenter 4 ou 5 périodes par semaine pour les écoles qui en font le choix. À l'issue du tronc commun modalisé en 3e année de l'enseignement secondaire, les élèves pourront opter pour la filière de transition ou la filière de qualification».

Madame la Ministre, je me suis déjà adressée à vous au sujet de l'orientation. En effet, il importe de pouvoir guider chaque élève vers un choix de carrière épanouissant. Il s'agissait alors plus précisément de l'orientation des élèves dans le cadre de la transition entre la sixième année secondaire et les études supérieures. Il est question ici de l'orientation des élèves avant l'issue du tronc commun et vers la quatrième année secondaire.

Le Comité de concertation du Pacte pour un enseignement d'excellence a-t-il déjà établi la liste des modalités pratiques en vue de développer des activités orientantes? Dans l'affirmative, pouvez-vous nous les exposer? Dans la négative, dans quel délai pourront-elles l'être?

Quelles activités verront-elles le jour dans ce domaine?

Seront-elles intégrées dans les grilles horaires afin d'éviter de surcharger les temps de midi et les fins de journée?

Mme Caroline Désir, ministre de l'Éducation.- Le 28 novembre dernier, le gouvernement a adopté une note sur l'instauration des activités orientantes dans le cadre de la réforme du tronc commun. Les membres du Comité de concertation du Pacte pour un enseignement d'excellence avaient été associés à la réflexion en amont et avaient ainsi pu remettre un avis visant à éclairer le gouvernement.

Ce dernier s'est accordé sur le principe de «semaines orientantes». En vue d'assurer le déploiement du scénario retenu, les balises suivantes ont été fixées.

Premièrement, la réaffirmation du caractère orientant de l'ensemble du tronc commun. Tous les moyens doivent être déployés au long du parcours des élèves et de manière accrue au cours des dernières années pour les outiller et leur permettre de poser un choix positif d'orientation.

Deuxièmement, les PO et/ou établissements devront notamment développer, selon les modalités de leur choix, l'équivalent de quatre semaines d'activités centrées sur l'orientation dans le tronc commun pour tous les élèves.

Troisièmement, l'intégration de ces quatre semaines centrées sur l'orientation ne pourra en aucun cas appeler de modification des grilles horaires de référence du tronc commun ni conduire à une réduction des périodes consacrées à l'accompagnement personnalisé des élèves. À ce titre, les activités orientantes devront donc bien s'inscrire dans une optique d'expérimentations effectuées dans le cadre des périodes prévues dans la grille horaire.

Elles pourraient prendre des formes diverses, comme des activités de découverte, des interventions de sensibilisation, de formation ou encore des actions de véritable immersion en milieu professionnel. Cette liste n'est évidemment pas exhaustive.

Pour le surplus, je me permets de vous renvoyer à la réponse que j'ai adressée à Mme Schyns sur cette thématique, le 3 décembre dernier.

Parallèlement au chantier en cours d'élaboration des référentiels, un groupe de travail spécifique de la Commission des référentiels et des programmes du tronc commun a aujourd'hui pour tâche de donner corps à un huitième domaine consacré aux activités orientantes, sans préjudice du principe de liberté pédagogique.

Une première proposition de description m'a ainsi été adressée la semaine dernière par ladite commission. Un groupe de travail intercabinets va se nourrir des éléments concrets qui m'ont été livrés. Le gouvernement entamera ce travail très prochainement.

Je termine en précisant qu'en articulation avec l'instauration des activités orientantes, j'entends proposer une réforme de l'orientation dans l'optique de déployer une approche éducative de l'orientation tout au long du tronc commun.

Mme Stéphanie Cortisse (MR).- L'orientation des élèves est l'une des missions de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Comme vous le savez, l'article 8, 6°, du décret du 24 juillet 1997 définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre prévoit bien que la Fédération Wallonie-Bruxelles et chaque PO de l'enseignement subventionné doivent veiller à ce que chaque établissement scolaire «intègre l'orientation au sein même du processus éducatif, notamment en favorisant l'éveil aux professions et en informant les élèves à propos des filières de formation». Je vous remercie pour toutes vos précisions. Nous allons bien dans le sens du décret «Missions» et je suivrai avec attention l'évolution de ce projet primordial.