Question sur les seniors et le sport

Question de Mme Stéphanie Cortisse à Mme Valérie Glatigny, Ministre des Sports, sur l'intégration des seniors dans les politiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles et en particulier au sein du secteur sportif.

Mme Stéphanie Cortisse (MR).- Madame la Ministre, outre le lourd tribut payé par nos aînés au vu du nombre de victimes de la Covid‑19, la crise sanitaire a également mis en exergue l'isolement des personnes âgées et l'urgence de réaliser des efforts en vue d'une inclusion beaucoup plus grande des seniors dans notre société afin d'améliorer leur qualité de vie, qu'ils soient en maison de repos ou non.

Le vieillissement de la population est tel qu'environ un quart de la population belge sera âgé de 65 ans ou plus à l'horizon 2050.

Bien qu'étant en charge des matières personnalisables, la Fédération Wallonie-Bruxelles a vu la majeure partie de l'exercice de sa compétence de l'aide aux personnes, et en particulier la politique du troisième âge, transférée par le décret II du 19 juillet 1993 attribuant l'exercice de certaines compétences de la Communauté française à la Région wallonne et à la Commission communautaire française, abrogé en partie par le décret spécial du 3 avril 2014 relatif aux compétences de la Communauté française dont l'exercice est transféré à la Région wallonne et à la Commission communautaire française.

Si ce transfert empêche depuis lors la Fédération Wallonie-Bruxelles de pouvoir légiférer directement sur l'aide aux personnes âgées, cela ne l'empêche pas d'inclure les seniors dans l'ensemble de ses politiques.

Ma question, tout comme celles que j'ai déjà posées à vos collègues du gouvernement dans leurs matières respectives, a pour but de tendre vers une inclusion maximale des seniors dans l'exercice des compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La Déclaration de politique communautaire (DPC) rappelle que «la Fédération Wallonie-Bruxelles est un trait d'union essentiel entre les citoyennes et citoyens francophones de notre pays. Elle les rassemble dans une même appartenance et elle les inscrit dans une même dynamique culturelle. Elle est aussi au cœur des défis auxquels ils font face. Chargée de les former, de les instruire et de leur fournir les outils de l'émancipation, elle les accompagne tout au long de leur vie.»

La DPC poursuit en insistant sur «l'union et la solidarité entre tous les francophones» et affirme la volonté du gouvernement de «renforcer les synergies entre les départements de la Fédération Wallonie-Bruxelles via des projets de partenariat» et de «favoriser les projets intergénérationnels dans tous les secteurs.»

En ce qui concerne le secteur sportif, le gouvernement rappelle dans la DPC, que «la pratique du sport est bénéfique pour la santé physique et mentale, le développement personnel et pour la cohésion sociale.» De plus, un article du Journal du médecin de 2018 mentionne que la pratique sportive comporte, outre de nombreux bienfaits d'un point de vue physiologique, un effet protecteur contre le développement de la dépression chez les jeunes, les adultes et les personnes âgées.

Peu de dispositions légales évoquent l'inclusion des personnes âgées dans le sport. Tout juste l'article 25, 3°, a), du décret du 3 mai 2019 portant sur le mouvement sportif organisé en Communauté française soumet la reconnaissance d'une association sportive multidisciplinaire à la proposition d'activités physiques pour les seniors.

À cet égard, je souligne la volonté du gouvernement de vouloir «écouter les acteurs de terrain et les citoyens pour proposer une offre sportive adaptée aux besoins des personnes et aux différentes tranches d'âge» et de «procéder à une évaluation concertée du fonctionnement de l'ADEPS [Administration de l'éducation physique et des sports] et des formations proposées et, le cas échéant, augmenter le nombre de stages organisés par l'ADEPS et les acteurs locaux.»

J'estime qu'une réflexion par rapport à l'offre disponible aux aînés devrait être menée.

Par ailleurs, au-delà de l'inclusion du troisième âge en tant qu'objectif prioritaire dans le sport, de nombreux aménagements pratiques devraient être réalisés. Je pense, par exemple, à l'encouragement de l'accessibilité des seniors à certaines heures aux piscines dont la gestion dépend des Régions et non de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Par conséquent, j'estime qu'un dialogue devrait être lancé et perpétué entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et les Régions en vue d'étudier l'accessibilité plus aisée des clubs et établissements sportifs, quels qu'ils soient, aux personnes âgées.

Pourriez-vous me dresser un état des lieux des mesures actuellement en vigueur incluant les seniors au sein du secteur sportif? Est-il envisageable d'encourager et d'intensifier la mise en place de projets intergénérationnels incluant les seniors dans l'offre sportive, ainsi que via des aménagements pratiques? Dans le but de renforcer les interactions avec les seniors et créer des ponts entre les générations, d'autres mesures seront-elles prochainement à l'ordre du jour? Entretenez-vous un dialogue avec les ministres régionaux en charge des infrastructures sportives sur l'accessibilité des locaux à nos aînés?

Enfin, votre administration se concerte-t-elle avec la Commission des Seniors de la Fédération Wallonie-Bruxelles? Cette dernière fut créée par le décret du 26 mai 2011 instaurant la Commission des Seniors de la Communauté française et par l'Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant agrément de l'ASBL «Coordination des Associations de Seniors» en tant que Commission des Seniors de la Communauté française. Elle est chargée «d'émettre des avis, soit d'initiative, soit à la demande du gouvernement ou de l'un de ses membres ou du Parlement [...]».

Mme Valérie Glatigny, Ministre des Sports.- Madame la Députée, vous comme moi sommes particulièrement sensibles à la pratique sportive pour les seniors. En effet, nous savons tous que la pratique d'une activité sportive permet non seulement un mieux-être physique, mais aussi mental.

Diverses activités sont développées par mon administration au profit des aînés. Les marches Points verts sont des activités très prisées par un public multigénérationnel, donc les seniors. Elles se caractérisent notamment par leur ambiance conviviale et l'absence de contraintes horaires. D'année en année, le nombre de marcheurs ne cesse de croître et il est à noter que près de 27% des adhérents aux marches organisées par l'ADEPS sont des seniors.

Dans le cadre de la semaine européenne du sport, vers la fin du mois de septembre, un programme d'activités spécifiques aux seniors est prévu. Il est le fruit d'une collaboration entre l'ADEPS et la fédération EnéoSport, une association multisports de loisirs spécifiquement consacrée aux aînés et reconnue depuis 1979. Cette fédération comptait, au 31 décembre 2019, 331 clubs regroupant 5984 hommes et 15325 femmes. Cette collaboration avec EnéoSport n'est pas neuve et vise non seulement à informer les aînés sur les offres de sports pour les seniors en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais aussi à leur permettre de tester de nouvelles activités.

En outre, cette année, une campagne de promotion du sport pour les seniors sera lancée avec comme objectif, entre autres, de briser certains tabous et de casser des préjugés autour du sport pour les aînés. Des capsules vidéo divulgueront des messages sur le plaisir de pratiquer une activité sportive avec comme maîtres-mots dynamisme, plaisir, joie, confiance en soi, rapports avec les autres et contacts sociaux.

De nombreux dossiers d'action sportive locale visant des activités sportives pour les seniors bénéficient de subventions de mon administration.

L'accessibilité des infrastructures sportives aux seniors relève, comme vous le signalez, des Régions. Je peux toutefois préciser que cette préoccupation est une vision commune, car elle est reprise dans les déclarations de politique communautaire et régionale.

Sachez enfin que certains centres sportifs ADEPS, comme les Arcs en montagne, la Forêt de Soignes et La Woluwe, organisent des stages ou des cycles d'activité sportive consacrés aux seniors.

Mme Stéphanie Cortisse (MR).- Madame la Ministre, à mon sens, comme j'ai déjà pu le plaider auprès des autres ministres de votre gouvernement dans leurs matières respectives, l'inclusion du troisième âge aux politiques exercées par la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait être renforcée. En outre, il convient d'être davantage à l'écoute des besoins des personnes âgées, plus souvent sujettes à l'isolement que d'autres catégories de la population.

Je me réjouis donc de tous ces projets et surtout de la campagne de promotion du sport pour les seniors par des capsules vidéo.

Dans une précédente question orale qui vous avait été adressée, vous parliez du plan de relance du sport. Une inclusion des seniors y est prévue. Je me permets ici de le rappeler. Il serait important d'inclure dans ce plan la désignation précise de la catégorie des seniors en tant que telle et pas se contenter de formulations vagues englobant tous les âges.

Enfin, j'aimerais revenir sur la Commission des Seniors. Vous n'en avez pas parlé et je le comprends. En effet, j'ai en réalité interrogé Mme Linard, qui a la responsabilité de l'éducation permanente et donc celle de la Commission des Seniors. Elle s'est rendu compte que, depuis sa création, cette commission n'avait jamais été sollicitée ni par le gouvernement ni par le parlement.

À la suite de mes interventions, Mme Linard a décidé de redynamiser la Commission des Seniors. Cette dernière fonctionnait, certes, mais sans remplir sa mission première, à savoir conseiller le gouvernement et le parlement sur tout ce qui a trait aux seniors. Comme cette commission sera relancée, vous pourrez la consulter pour le plan de relance du sport. Étant donné qu'elle a été créée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, il serait de bon ton de s'en servir.

Je ne manquerai pas de revenir sur ces sujets qui me tiennent tout particulièrement à cœur.